L'hiver vient

Publié le 21 Décembre 2013

L'hiver vient

Ce matin mon réveil a sonné, je me suis levée, j'ai pleuré.

J'ai pleuré parce qu'il fallait que j'aille travailler.

Lundi j'ai vu des collègues unis se battre pour défendre notre profession, enfin je les ai surtout vus se faire battre.

Et ce matin il fallait que je retourne travailler, comme si de rien n'était.

Accepter d'être ignorée par la direction de ma maternité.

Accepter que ma profession soit mal considérée par les médecins avec qui je dois "collaborer".

Accepter de travailler au côté de collègues qui ne se soucient guère de ce qui se passe à l'extérieur de leur petit monde.

Accepter de travailler dans des conditions qui ne me satisfont pas...

Accepter d'être maltraitée, ou maltraitante, à cause de la surcharge de travail, du manque de personnel...

Accepter les propositions inacceptables de notre Ministre de la santé, accepter qu'elle se moque d'une profession en grève depuis 2 mois, en souffrance depuis tellement plus longtemps.

Ce matin j'ai pleuré, je me sentais seule, et j'avais froid.

L'hiver vient, il sera rude. J'ai déjà froid, je n'y survivrai pas...

Et puis je suis arrivée au travail et j'ai vu ce nom dans la liste des patientes. Cette dame... Il y a 2 ans. Ce petit bonhomme parti trop vite, ce petit être dont j'avais partagé les quelques instants sur terre, ses yeux déjà clos à jamais.

Sous son nom à elle, un prénom, un si joli prénom.
Alors je suis entrée dans sa chambre. J'avais peur de la déranger, je ne savais pas si elle se souvenait de moi.

Et là, elle m'a attrapé la main, elle l'a serrée fort entre les siennes et elle m'a dit "vous êtes M."

Les larmes sont (re)montées, je me suis contenue. J'ai juste dit oui, ses mains ne lachaient pas la mienne.

Nous avons parlé un moment. J'ai admiré sa magnifique petite fille, les yeux clos aussi, mais le visage parcouru de ces petites mimiques de bébés, dans un sommeil paisible.

Je suis sortie de sa chambre et j'ai pleuré, encore.

Mais cette fois ces pleurs m'ont un peu libérée.

Je me suis souvenue pourquoi j'étais sage-femme.
Ni pour la Ministre, ni pour la Direction, ni pour les médecins, ni pour mes collègues...
Pour les patientes. Et pour moi.

Alors je vais lutter encore cet hiver contre ce froid qui m'envahit.

Je vais continuer à me battre, au côté de mes collègues, pour qu'un jour notre profession soit reconnue, et pour qu'un jour, en France, la Naissance et les Femmes soient respectées.

Pour qu'un jour, le printemps revienne!

Rédigé par Miss Cigogne

Commenter cet article

Miss Cigogne 01/01/2014 19:57

Merci à tous pour votre soutien et vos encouragements. Je vous souhaite une bonne année 2014!

sylvie 02/01/2014 20:46

Meilleurs voeux à vous pour 2014 et ne lâchez pas!! soyez solidaires !!! continuez de partager sur facebook , c'est un moyen extraordinaire !!!
courage à vous et je vous soutiens pour vos actions

lamarre 30/12/2013 22:43

il y a pas que le printemps qui doit revenir. il y a ces femmes toutes aussi humbles l' unes que l'autres, ces femmes qui donnes la vie ,cette vie sans eux on serai pour la plupart dans certains problèmes. les SAGES FEMMES( CES MERVEILLEUSES) elles sauvent des vie tous les jours en vous aidant a pousser votre enfant vers vous. Vous les oubliées très vite et POURTANT elle sont là attentives. je suis une mamie et je confirme la liberté de pouvoir agir pour le bien des futures mamans et surtout vos bébés soyez nombreuses a protester ???? soutenez les femmes qui vous ont aidée a donner la vie a votre enfant a cet instant précieux !!! rappeler vous c était dur intense ca faisait très mal !!! et pourtant vous avez eu une aide la seule a ce moment( la sage femme) c'est la seule personne qui vous a aidée a mettre au monde votre enfant c'est un combat qu'il faut absolument mener. c' est indispensable on compte sur vous .jenny

Blue 22/12/2013 22:56

Merci pour ce très beau texte illustrant à merveille la situation des sages-femmes... J'ose espérer qu'un jour les sages-femmes seront enfin reconnues à leur juste valeur et auront ainsi les moyens d'accompagner dignement les femmes de notre pays lors de la naissance...

Pascaline 22/12/2013 17:43

Bonjour,
et merci pour ces notes super touchantes.
Je pleure avec vous. Pour vous, parce que ce que vous vivez me semble profondément injuste.
Je pleure pour moi, parce que je comprends ce que ça a comme impact sur nous les femmes qui mettons au monde. En cette période de fêtes, où j'ai plus envie de remercier pour ce que j'ai, que d'en demander davantage, je prie pour vous, et votre combat.
Pascaline

Didier 22/12/2013 16:46

Beaucoup de tendresse dans ce monde de fou ....